Fin de la gratuité de l'enseignement supérieur: El Othmani clarifie
National

Fin de la gratuité de l'enseignement supérieur: El Othmani clarifie



Publié le 7 Janvier 2018 à 20:55

Tanja24 / Menara

Le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani a catégoriquement démenti, jeudi, l'intention de l'exécutif de prendre toute décision visant à abandonner la gratuité de l'enseignement supérieur.

Intervenant lors de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, M. El Othmani a regretté les informations selon lesquelles le projet de loi-cadre relatif à la réforme du système d'éducation, comporte une suppression de la gratuité de l'enseignement supérieur, soulignant que ces informations "sont complétement fausses".

Il a expliqué, dans ce contexte, que le projet de loi-cadre, examiné jeudi en Conseil, introduit des frais d'inscription pour les familles aisées et maintient la gratuité pour les classes pauvres, moyennes et en précarité.

Cette précision sera clairement indiquée dans ce projet de loi-cadre, qui fera l'objet d'étude et d'échanges, dans le but de consacrer l'égalité des chances, a indiqué M. El Othmani, notant que les citoyens et l'opinion publique seront informés au sujet des dispositions dudit texte dès son adoption en Conseil des ministres et son renvoi devant le parlement.

Exprimant sa satisfaction quant à l'adoption pour la première fois au Maroc d'une loi-cadre dans ce domaine, le Chef du gouvernement a qualifié ce texte de l'un des projets "tant attendus".

Ce texte renferme une kyrielle de points importants et fondamentaux, fruit d'un dialogue fructueux entre le Conseil supérieur de l'enseignement, qui a déployé des efforts énormes, et les différents intervenants, dont des partis politiques, des experts, des syndicats et des représentants de la société civile.

Tous ces intervenants "ont participé à l'élaboration de la vision sous-tendant le projet de loi, et qui a été présentée devant SM le Roi Mohammed VI", a-t-il relevé, ajoutant que le Souverain avait donné ses instructions pour transformer cette vision en une loi contraignante.



Lire aussi