Lutte anti-corruption : Renforcement des mécanismes de surveillance en vue
Société

Lutte anti-corruption : Renforcement des mécanismes de surveillance en vue



Publié le 3 Fevrier 2018 à 9:43

Tanja24 / Aujourdhui

Les équipes du ministère chargé de la réforme de l’administrations et de la fonction publique activent dans la lutte anti-corruption. En effet, le ministère a lancé récemment un appel d’offres pour la réalisation d’une étude sur le suivi de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption. Ainsi, ce dispositif de pilotage sera placé sous l’autorité du secrétariat permanent de la Commission nationale anti-corruption (CNAC) assuré par la direction de modernisation du ministère de tutelle. Sur l’état d’avancement des projets en cours, celle-ci explique qu’elle se penche actuellement sur le suivi et l’évaluation de plus de 200 projets accompagnant la stratégie de lutte anti-corruption, répartis sur plus d’une trentaine de départements. Par ailleurs, le dispositif lancé permettra d’accompagner le secrétariat permanent de la CNAC dans plusieurs de ses missions, notamment celle de l’évaluation des risques liés à l’application de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption.

Celle-ci vise à changer les comportements et améliorer les dispositifs institutionnels, juridiques et opérationnels qui permettent de prévenir la corruption, sur la base de cinq piliers, à savoir la gouvernance, la prévention, la répression, la communication et la sensibilisation, la formation et l’éducation. Pour la tutelle, il est essentiel de renforcer les mécanismes de contrôle et de surveillance contre la corruption. Et pour cause, les attentes des citoyens et de la société augmentent. Plus encore, l’impact des différentes réformes engagées sur les citoyens reste limité et le classement du Maroc dans les indices et les indicateurs internationaux doit être amélioré. D’où la stratégie nationale de lutte contre la corruption qui a été élaborée dans ses dimensions nationale et sectorielle. Notons que cette stratégie est étalée sur trois périodes.

Ainsi la période 2015-2016 consistait à la préparation du dispositif législatif et au lancement de la dynamique de la stratégie. La période actuelle 2017-2020 vise à modifier les rapports à la corruption au sein de la société en général, indique le ministère chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique. Quant à la période 2021-2025, elle va s’appuyer sur les changements occasionnés par les deux précédentes phases et se concentrera sur la préparation du nouveau cycle de la stratégie décennale. Dans ce contexte l’objectif étant d’améliorer le service au citoyen, la transparence et l’accès à l’information, le contrôle et la reddition des comptes. Une évaluation finale de la stratégie sera effectuée fin 2025. Pour rappel, la CNAC est placée sous l’autorité du chef de gouvernement. Elle a pour mission d’étudier les programmes, projets et initiatives visant à lutter contre la corruption et à les approuver. Elle va également assurer l’accompagnement des départements concernés et prendra les dispositions nécessaires pour converger lesdits programmes.



Lire aussi