Royal Country Club de Tanger : Les faits d’armes du doyen des golfs
Sports

Royal Country Club de Tanger : Les faits d’armes du doyen des golfs



Publié le 3 Octobre 2018 à 12:48

Anouar Afajdar (Map)

Considéré comme l’un des parcours de golf les plus célèbres et les plus difficiles, le Royal Country Club de Tanger (RCCT) demeure à bien des égards le monument pionnier ayant contribué à la genèse de la petite balle blanche au Maroc. Un témoin vivant de l’évolution du beau conte intitulé “Sports modernes à la Cité du détroit”.

Fondé en 1914 avec neuf trous, le “Doyen” des parcours de golf au Maroc et l’un des premiers du bassin méditerranéen et de l’Afrique, était appelé alors Country Club de Tanger (CCT).

Grâce à l’intérêt particulier que lui accordait Feu SM Hassan II dans les années soixante, le club bénéficie du titre honorifique de “Royal” et devient ainsi le Royal Country Club de Tanger (RCCT). A la même occasion, il fut complètement réaménagé et transformé en un parcours de dix-huit trous, ondulant parmi les cyprès, les pins, les sapins et les eucalyptus.

Sublime écrin au cœur d’un terrain vallonné couvert de forêt, avec une vue panoramique sur la mer, il joint l’utile à l’agréable, proposant à la fois un jeu de qualité, tantôt technique, tantôt divertissant, et offrant un cadre naturel, digne d’une peinture de paysage de l’époque romantique. Bref, passion du jeu et plaisir de vivre sont au rendez-vous !

Le “fief” des diplomates et consuls

Tout a commencé au début du 20è siècle, plus précisément en 1904. Le Sultan Moulay Abdelaziz a offert le terrain “Boubana” aux représentations étrangères de l’époque pour “faciliter aux membres des corps diplomatique et consulaire ainsi qu’aux différentes catégories de membres et invités, la pratique des sports et les distractions (…)”, lit-on dans un livre édité à l’occasion du centenaire de ce club, intitulé “RCCT, Histoire du Centenaire”.

“Quoique Fès était la capitale du Maroc, tous les diplomates résidaient à la ville de Tanger, désignée par le Sultan Mohammed Ben Abdellah (1757-1780) capitale diplomatique et siège des représentants des nations étrangères”, explique à la MAP Mohamed Bouhriz, président de cet édifice mythique.

“Pour se distraire et passer de bons moments, après de longues journées de travail”, poursuit-il, “ils ont importé avec eux leurs sports de prédilection, en l’occurrence d’origine britannique”.

Au départ c’était le Pig-sticking !

C’est un Anglais, appelé Sir John Drummond Hay, ministre plénipotentiaire de la Grande-Bretagne à Tanger durant quatre décennies et doyen du corps diplomatique qui a eu le grand mérite d’introduire au Maroc les sports modernes, notamment le Pig-sticking, considéré à l’époque comme le roi des sports et qui a été au départ pratiqué au RCCT.

Et ce n’est que vers 1914 que les “9 trous” du RCCT allaient voir le jour, grâce à l’idée innovatrice d’un autre Britannique, Sir Howard William Kennard, premier secrétaire de la Légation britannique à Tanger. Ce nouveau parcours fera l’objet de plusieurs modifications et réaménagements, mais ce n’est que vers la fin de 1918 que le golf y sera véritablement pratiqué.

“Le vrai RCCT fut créé en 1914, mais la pratique sportive a été interrompue provisoirement, à cause de la première guerre mondiale”, précise M. Bouhriz, faisant savoir qu’à partir de 1918, ce parcours va s’adjuger une nouvelle dimension, celle des vraies compétitions et des grands tournois.

Cette évolution sportive a attiré un grand nombre de champions, de diplomates, mais aussi des célébrités venus des quatre coins du monde pour visiter la capitale de l’été et jouer au golf. Elle y avait également ouvert grand les portes d’une nouvelle ère, l’ère du multiculturalisme.

Du sport, mais aussi des histoires inédites

Pour citer tous les noms et les figures qui sont passés par le Royal Country Club de Tanger, il faudrait peut-être leur consacrer tout un livre. Mais, il est essentiellement primordial de s’arrêter sur quelques histoires inédites et des personnages pas comme les autres !

PDG de l’une des principales revues financières américaines, Malcolm Forbes avait organisé à Tanger son 70è anniversaire en compagnie de la grande actrice Elisabeth Taylor. Le RCCT fut le lieu privilégié de cette célébration. On y jouera certes au golf, mais une grande festivité y sera organisée. Mariée six fois, c’est à Tanger que Barbara Hutton rencontre son septième et dernier mari, le Prince Raymond Doan Vinh. Ayant une propriété mitoyenne du RCCT, elle avait doté cette enceinte d’un système d’arrosage dont elle avait grandement besoin. Même après sa mort, Tanger n’avait jamais oublié Barbara, le RCCT non plus !

Sa Majesté le Roi Juan Carlos d’Espagne, Sa Majesté le Roi Hussein Ben Talal, George Walker Bush, SAR le Prince Andrews d’Angleterre, le Compte de Barcelone, l’acteur Omar Sharif, parmi tant d’autres, y sont également passés. Le Royal Golf de Tanger est une représentation majeure de la frise historique tangéroise et marocaine. Il est à la fois un magnifique tableau coloré et une composante incontournable de la modernité et de la mémoire golfique du Royaume. Dans le Bulletin officiel, publié le 1er janvier 2018, il a été classé patrimoine historique national.

Condensant un chapitre de l’histoire du golf et des sports modernes au Maroc et en Afrique, lieu privilégié de plusieurs personnalités et célébrités… le RCCT ne mérite-t-il pas d’abriter, de nouveau, une compétition à vocation internationale du golf ? En tout cas, il a tout ce qu’il faut pour la réussir



Lire aussi